bandeau















LA ROCHEFOUCAULD, MAXIME 294 - RENÉ POMMIER






"Nous aimons toujours ceux qui nous admirent ; et nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons".

    Cette maxime apparaît dans la deuxième édition et ne subit aucun changement dans les éditions suivantes. Mais une petite variante nous est donnée par le manuscrit Gilbert : "Nous aimons toujours ceux qui nous admirent, mais nous n'aimons pas toujours de même ceux que nous admirons". On voit qu'elle concerne seulement le seconde partie de la maxime où La Rochefoucauld a remplacé "mais" par "et", et a supprimé "de même".

    Cette maxime est remarquable par sa parfaite symétrie. De structure binaire, comme beaucoup de maximes, elle comporte deux parties composées chacune d'une proposition principale réduite à un sujet, un verbe, un adverbe et un complément constitué par un pronom démonstratif qui commande une proposition relative réduite elle-même à un sujet un verbe et un complément. Or la seconde partie de la maxime reproduit exactement la première, à ceci près que la proposition principale, d'affirmative, devient négative et que le sujet et le complément de la proposition relative sont inversés. On peut, pour reprendre une formule de Lanson, définir cette maxime qui joue sur la reprise des deux verbes "aimer" et "admirer", comme "une partie carrée de verbes". Cette partie se joue entre "nous" et les autres, "qui nous admirent" ou "que nous admirons". Dans le premier cas, nous dit La Rochefoucauld, nous les aimons toujours ; dans le second, nous ne les aimons pas toujours.

    Une nouvelle fois, la maxime repose sur un paradoxe, que La Rochefoucauld se contente de constater, laissant au lecteur le soin et le plaisir d'en trouver lui-même l'explication. Mais ce paradoxe, et c'est ce qui fait essentiellement la réussite de cette maxime, est plus complexe et plus subtil qu'il peut le sembler tout d'abord. En effet, à première vue, seule la première affirmation est paradoxale, tandis que, prise en elle même, la seconde affirmation peut paraître parfaitement banale. Mais on s'aperçoit vite qu'on ne peut vraiment comprendre celle-ci que dans le prolongement de celle-là (comme le "et" nous l'invite à le faire), et l'on découvre alors que, si la première partie de la maxime est paradoxale, la seconde l'est encore davantage. Et l'on est alors bien près d'avoir trouvé la clef du paradoxe.

    Logiquement il n'y a pas de raison pour aimer "toujours" ceux qui nous admirent. Sans parler du fait que, s'ils peuvent nous admirer parce qu'ils savent reconnaître le mérite, ils peuvent aussi le faire parce qu'ils sont des jobards, fait que nous sommes, bien sûr, peu disposés à admettre, ceux qui nous admirent peuvent avoir, par ailleurs, de graves défauts, voire être fort peu sympathiques. Certes il est naturel, il est humain d'avoir un préjugé favorable pour ceux qui nous admirent, et donc d'être porté à les aimer, mais il n'est pas logique, il n'est pas raisonnable de les aimer "toujours". Si le fait qu'ils nous admirent peut être assurément une raison de les aimer, cette raison ne saurait néanmoins constituer une raison suffisante de le faire, une raison capable de nous faire oublier toutes les raisons qui pourraient, par ailleurs, nous empêcher de les aimer.

    Si nous aimons "toujours" ceux qui nous admirent, c'est donc, non pas que nous les aimons toujours pour la seule raison qu'ils nous admirent, mais que, quand bien même nous n'aurions pas d'autres raisons de les aimer, cette raison suffirait sans doute à faire que nous les aimions. On peut, bien sûr, aimer certaines personnes à la fois parce qu'elles nous admirent et parce qu'elles ont des qualités qui font qu'on les aime. Mais le "toujours" suggère qu'on les aimerait même si elles n'avaient pas ces qualités, même si tout leur mérite se réduisait à nous admirer. Dire qu'on on aime "toujours" ceux qui nous admirent, c'est dire qu'on les aime d'abord, qu'on les aime surtout parce qu'ils nous admirent, voire qu'on ne les aime que parce qu'ils nous admirent. Le seul fait de nous admirer les rend aimables à nos yeux, et peut nous faire oublier tous les défauts qui pourraient nous empêcher de les aimer.

    Mais, s'il n'est pas normal d'aimer "toujours" ceux qui nous admirent, il l'est tout à fait de ne pas aimer "toujours" ceux que l'on admire. Bien que les deux verbes "aimer" et "admirer" soient relativement proches dans la mesure où l'on aime facilement ceux qu'on admire, et où l'on admire facilement ceux qu'on aime, ils ne sont pourtant pas synonymes. L'amitié et l'admiration sont deux sentiments distincts et, par conséquent, de même que l'on peut ne pas toujours admirer ceux que l'on aime, on peut fort bien ne pas toujours aimer ceux que l'on admire. Si donc La Rochefoucauld avait écrit seulement : "Nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons", la remarque, loin d'être paradoxale, paraîtrait bien banale. Il ne manque, en effet, pas de gens, qui, bien qu'ils aient, dans certains domaines, intellectuels, artistiques ou sportifs, des dons éminents que l'on ne peut pas s'empêcher d'admirer, n'en sont pas moins totalement dépourvus de qualités de coeur ou dotés d'un orgueil qui fait qu'on ne peut les aimer ; on peut assurément avoir de grands talents, voire du génie et être parfaitement imbuvable.

    Mais cette seconde partie de la maxime ne peut, bien sûr, être séparée de la première qui seule permet de bien la comprendre. La première partie de la maxime suggère clairment que nous aimons ceux qui nous admirent d'abord et surtout, quand ce n'est pas exclusivement, parce qu'ils nous admirent. Le parallélisme de la construction nous invite donc à comprendre que nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons d'abord et surtout, quand ce n'est pas exclusivement, parce que nous les admirons. La Rochefoucauld ne veut pas dire qu'on n'aime pas certaines personnes bien qu'on les admire : il veut dire, et la remarque qu'on pouvait croire banale, devient tout à fait piquante, qu'on ne les aime pas parce qu'on les admire. Ce qui nous empêche de les aimer, ce ne sont pas leurs défauts, mais bien leurs qualités. Qui plus est, les qualités qui nous empêchent de les aimer, parce qu'elles font que nous les admirons, peuvent nous faire oublier d'autres qualités qui nous porteraient à les aimer. Nous pourrions les aimer pour leur cordialité, leur bonté, si nous admirions moins leur intelligence ou leurs dons artistiques. Si l'on peut aimer des personnes antipathiques, parce qu'elles nous admirent, on peut aussi ne pas aimer des personnes très sympathiques parce nous les admirons.

    Replacée dans son contexte, la seconde partie de la maxime, qui, en elle-même ne le serait aucunement, se révèle donc bien plus paradoxale encore que la première. S'il n'est pas logique d'aimer tous les gens qui nous admirent, il l'est encore moins de ne pas aimer certaines personnes parce que nous les admirons. Bien au contraire, on devrait d'abord aimer ceux que nous admirons, avant d'aimer ceux qui nous admirent. Si nous aimons "toujours" ceux qui nous admirent, il s'ensuit que nous aimons toujours des gens qui ne sont pas toujours admirables ; mais, si nous aimons toujours des gens qui ne sont pas toujours admirables, à plus forte raison devrions-nous toujours aimer ceux qui le sont. Or, nous dit La Rochefoucauld, nous ne les aimons "pas toujours", et l'on peut sans doute considérer que ce "pas toujours" comme une litote ironique qui voudrait dire "pas souvent", voire "presque jamais".

    Mais, si la seconde partie de la maxime peut sembler d'abord s'opposer à la première, elle ne fait en réalité que la prolonger, que la complèter. Loin de dire le contraire, elle dit la même chose d'une manière différente. Ce qui peut sembler à première vue passablement illogique (ne pas aimer toujours ceux que l'on admire alors que l'on aime toujours ceux qui nous admirent) est, en réalité, parfaitement logique. Et La Rochefoucaudd a eu raison de remplacer, au début de la seconde partie, le "mais" (que donne le manuscrit Gilbert) par un "et" : en même temps qu'il souligne ironiquement la contradiction apparente qu'il y a entre les deux parties de la maxime, cet "et" a, en effet, le mérite de suggèrer qu'on a, en réalité, affaire à deux manifestations complémentaires d'un même comportement.

     Car la même raison qui explique pourquoi nous aimons toujours ceux qui nous admirent, explique aussi pourquoi nous n'aimons pas toujours ceux que nous admirons ; la même raison qui nous fait aimer toujours des gens que nous ne devrions pas "toujours" aimer, nous empêche aussi parfois, et peut-être souvent, d'aimer ceux que nous devrions aimer. Cette raison, c'est bien évidemment dans l'amour-propre qu'il faut, une fois de plus, la chercher. C'est lui qui, une fois de plus, qui nous fournit la clef du paradoxe.

    Normalement, logiquement les sentiments que nous éprouvons pour les autres, en mettant de côté les liens créés par le sang, et l'attirance sexuelle, devraient d'abord être déterminés par les qualités ou les défauts que nous leur trouvons. Or, s'il faut en croire La Rochefoucauld, l'amour-propre fait que nous les aimons ou nous ne les aimons pas, non pas, comme il serait logique, à cause de ce que nous pensons d'eux, mais à cause de ce qu'ils pensent de nous, ou à cause de ce qu'ils nous amènent à penser de nous mêmes. Tandis que ceux qui nous admirent, flattent notre amour-propre, ceux que nous admirons, le blessent facilement, dans la mesure où l'admiration s'accompagne volontiers d'un sentiment d'infériorité, voire d'envie. Ce que nous aimons ou n'aimons pas dans les autres, ce n'est pas d'abord l'image que nous nous faisons d'eux, c'est d'abord l'image qu'ils nous renvoient de nous, image toujours flatteuse quand ils nous admirent, image beaucoup moins flatteuse, quand c'est nous qui les admirons. Dans la maxime 83, La Rochefoucauld a défini l'amitié comme "un commerce où l'amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner". Avec "ceux qui nous admirent", notre amour-propre est, bien sûr, toujours gagnant puisqu'ils rendent hommage à nos mérites et à nos réussites ; mais avec "ceux que nous admirons", notre amour-propre est mis à mal puisqu'ils nous font sentir nos limites et nos déficiences. Pour illustrer cette maxime, on pourrait, comme le fait M. Pierre Kuentz, évoquer la pièce de Labiche, Le voyage de M. Perrichon, et la façon dont le personnage principal se comporte avec les deux prétendants à la main de sa fille.

    D'autres maximes peuvent être rapprochées de la maxime 294, comme, bien sûr, la maxime 296 qui en est très proche et que nous allons commenter ci-après, ou la maxime posthume 55 : "Nous aimons mieux voir ceux à qui nous faisons du bien que ceux qui nous en font". Là encore on peut considérer cette maxime comme une litote ironique : La Rochefoucauld veut dire que, si nous aimons bien voir ceux à qui nous faisons du bien, nous n'aimons pas tellement voir ceux qui nous en font. Logiquement nous devrions mieux aimer voir ceux qui nous font du bien que ceux à qui nous en faisons. Notre sympathie devrait aller à ceux qui nous font du bien avant d'aller à ceux à qui nous en faisons. Bien sûr, nous pouvons faire du bien à des gens parce qu'ils nous paraissent sympathiques, comme nous pouvons trouver antipathiques d'autres gens bien qu'ils nous fassent du bien. Mais La Rochefoucauld suggère que c'est le fait de leur faire du bien qui nous rend les premiers sympathiques, ce qui n'est guère logique, comme il suggère que c'est le fait de nous faire du bien qui nous rend les seconds peu sympathiques, ce qui est encore moins logique. L'explication du paradoxe est, bien sûr, la même que pour la maxime 294 : la vue de ceux à qui nous faisons du bien flatte notre amour-propre, que blesse, au contraire, la vue de ceux qui nous en font.

    De la maxime 294, on peut conclure que l'amitié est souvent à sens unique et peu souvent vraiment partagée, c'est-à dire qu'elle n'est finalement que rarement une véritable amitié. En effet, si nous aimons ceux-qui nous admirent, ceux-ci ne sont guère portés à nous aimer, puisque nous n'aimons guère ceux que nous admirons. Et, si nous n'aimons guère ceux que nous admirons, en revanche, eux nous aiment, puisque nous aimons toujours ceux qui nous admirent. Nous sommes donc portés à aimer ceux qui ne nous aiment guère et à n'aimer guère ceux qui nous aiment. Une conclusion semblable peut être tirée de la maxime posthume 55, à savoir que nous aimons voir ceux qui n'aiment guère nous voir (ceux à qui nous faisons du bien) et que nous n'aimons guère voir ceux qui aiment nous voir (ceux qui nous font du bien). Ces deux maximes peuvent donc servir à expliquer la maxime 473 : "Quelque rare que soit le véritable amour, il l'est encore moins que la véritable amitié".

    René POMMIER